Eat for speed – Les secrets de Mark Cavendish

Mark Cavendish est le plus rapide de tous les sprinteurs et, pourtant, son régime alimentaire s’apparente davantage à celui d’un athlète ordinaire qu’à celle d’un extraterrestre aux capacités surhumaines. Quand il s’agit de diététique sportive, voici les règles qu’il observe pour ne pas se prendre la tête inutilement.

mark-cavendish-secrets-nutrition

Le Britannique Mark Cavendish a fait une entrée fracassante dans l e milieu du cyclisme en remportant à 22 ans le Grand Prix de l’Escaut, une des grandes classiques belges. Connu pour ses sprints explosifs, cet ancien pistard passé à la route s’est lancé à la conquête du maillot jaune lors du Tour de France de 2007.

Après avoir accumulé un nombre impressionnant de victoires d’étapes sans jamais parvenir à monter sur le podium – il compte à ce jour 26 victoires d’étapes à son actif sur la Grande Boucle, dont l’arrivée sur les Champs-Elysées quatre années de suite -, Cavendish, sacré champion du monde en 2011, s’est entraîné à fond et a peaufiné son alimentation pour atteindre son objectif de l’année, l’or olympique à Rio, qui l’obligera à quitter le Tour de France en cours de route.

« Dans le domaine de l’endurance, la diététique sportive s’appuie sur une démarche scientifique rigoureuse. Cela dit, il ne faut pas que le régime devienne une obsession », affirme Cavendish.

Au terme d’une rencontre avec celui que ses compatriotes ont baptisé le Manx Missile (« le missile de l’île de Man », d’où il est originaire), voici ses conseils sur le régime d’alimentaire à suivre en période d’entraînement sans s’astreindre à examiner à la loupe les étiquettes de tous les produits.

Secret n°1 : favorisez le riz

Ne suivez pas les autres bêtement! Faites vos choix «Beaucoup de coureurs aiment consommer des flocons d’avoine pour démarrer la journée. Ce n’est pas mon cas. Par contre, le riz me convient bien. J’en prends pour accompagner une omelette au petit déjeuner: il m’apporte des sucres simples et contient beaucoup d’eau. Par ailleurs, je bois peu de lait: certains coureurs vous diront que le lait consommé avant l’effort augmente la production de mucus dans les poumons. À la place, je prends du lait d’amandes ou de soja. »

Secret n°2 : La ration de récupération

«Ne vous cantonnez pas exclusivement aux boissons posteffort toutes prêtes: le corps a besoin de vrais aliments. Au lieu de passer votre temps à concocter des shakes de récupération, optez pour une collation riche en bons nutriments. J’ai toujours adoré les pistaches: elles contiennent beaucoup de protéines (plus de 12 g dans 50 g de pistaches)et énormément de vitamines et de minéraux comme le potassium. J’en mange donc entre les étapes. J’ai même demandé à mon nutritionniste d’en utiliser pour créer une barre énergétique (voir la recette ci-contre). Aujourd’hui, pratiquement tous les coureurs en mangent.»

Secret n°3 : Apprenez à manger juste ce qu’il faut

« Une erreur courante chez les athlètes en période d’entraînement est de trop manger. Ils imaginent que la recharge glucidique est un must, mais on n’a pas besoin de se goinfrer pour autant! On entend dire, par exemple, que les coureurs du Tour de France brûlent 8000 kilocalories par jour. J’estime que c’est faux. Un individu normal qui ferait une étape du Tour de France brûlerait peut-être 8000 kilocalories. Par contre, ce sera à peu près moitié moins chez un coureur professionnel car son corps est devenu extrêmement performant: il faut tenir compte de cet élément et moduler son régime en conséquence. »

Secret n°4 : Proscrivez les acides gras trans !

« Une chose que j’évite absolument, ce sont les acides gras trans ou graisses hydrogénées. Ça devrait être d’autant plus facile que maintenant, sur les trois années à venir, les nouvelles réglementations vont en interdire l’utilisation. Le corps est incapable de les assimiler, incapable de les dégrader. Les lipides sont nécessaires à la récupération, mais certaines graisses augmentent le stress alors que d’autres l’atténuent. Ce sont les bonnes graisses qu’il faut privilégier. »

Secret n°5 : Sachez quand vous détendre

« Je pense que les athlètes qui affirment être 1-typer-stricts dans l’observance de leur régime mentent ou sont complètement timbrés. Il faut se faire plaisir de temps en temps. On ne vit plus si on doit peser jusqu’au moindre grain de riz dans l’assiette. Personnellement, et en particulier quand je ne dispute pas de course, je m’autorise à l’occasion une barre chocolatée ou un verre de vin. J’aime bien manger un dessert de temps à autre, même si j’ai plutôt tendance et consommer des fruits. »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *